Suivez-nous
sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook

Parler du suicide sauve des vies


Chaudière-Appalaches, toujours plus touchée qu’ailleurs
Étant toujours plus élevé que la moyenne provinciale, le suicide demeure une préoccupation majeure en Chaudière-Appalaches. En effet, pour 2011-2015, on comptait 18,3 par 100 000 personnes dans la région, contre 13,8 pour l’ensemble du Québec. Cela signifie donc 76 décès par suicide, par année, en Chaudière-Appalaches.

En parler pour sauver des vies
Le thème de cette année, Parler du suicide sauve des vies, met l’accent sur un élément fondamental de la prévention du suicide : la prise de parole. Pour réduire le taux de suicide, il faut en parler, tant individuellement que collectivement.

De plus en plus de personnes se sentent concernées par le suicide. Elles désirent contribuer à la prévention. Que l’on souhaite exprimer sa détresse et trouver du réconfort, que l’on veuille demander à un proche qui ne va pas bien si on peut l’aider et s’il pense au suicide ou que l’on désire sensibiliser sa communauté, il existe des mots pour en parler de manière préventive et sécuritaire. Il existe aussi des façons de développer une écoute attentive. Les bénéfices à cette prise de parole sont nombreux.

Parler du suicide, c’est…
Parler de sa détresse et de ses idées suicidaires à un ami, à un membre de la famille, à un collègue ou à un intervenant est un pas important dans la recherche d’un soutien nécessaire pour diminuer la souffrance.

Les professionnels de la prévention du suicide, notamment ceux des centres de prévention du suicide et des centres de crise, les psychologues et autres intervenants peuvent aider à discuter de ce désir d’arrêter de souffrir, tout en aidant à rester en contact avec la partie de soi qui veut vivre et à trouver des pistes de solutions à certaines difficultés. Parler à quelqu’un permet parfois de renouer avec ses forces et ses ressources ou de relativiser une situation.

Lorsque le besoin de parler se fait pressant, le numéro à joindre partout au Québec et en tout temps est le 1 866 APPELLE.

Écouter les autres
Quand on s’inquiète pour quelqu’un, prendre le temps de l’écouter, lui parler de notre inquiétude, lui rappeler qu’on est là pour lui et même, lui poser la question directement « penses-tu au suicide » peut véritablement aider. Pour nous guider dans cette prise de parole, les services en prévention du suicide sont également disponibles pour les proches qui ont besoin de repères.

Si l’on souhaite s’engager pour la cause, la prise de parole est également incontournable. Il existe des mots réconfortants et mobilisateurs, ainsi que des manières préventives de parler du sujet. Des conseils existent pour les médias et les milieux jeunesse notamment.

S’engager
L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) invite toutes les personnes qui se sentent concernées par cette cause à remplir la Déclaration pour la prévention du suicide. Elle se complète en moins d’une minute et elle est disponible au www.aqps.info/sengager.

Comment en parler?
L’AQPS a mis en ligne le microsite thématique suivant : www.commentparlerdusuicide.com. Ce site a pour but d’outiller les gens ayant des idées suicidaires, les proches et les personnes endeuillées, les médias, les intervenants et les citoyens sur les façons de parler du suicide. On y retrouve aussi des vidéos-témoignages, des liens vers les ressources d’aide, etc.


     
Accueil / Plan du site / Nous joindre
   

UPA Chaudière-Appalaches

 

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)

Téléphone : 418.228.5588
Sans frais : 1.888.938.3872

 

Contactez-nous

© Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches / Tous droits réservés / Propulsé par CreaWEB
iClic.com