Suivez-nous
sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook

AGA 2017: Faire de l’agriculture une priorité


Les inquiétudes entourant la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) étaient en fond de trame lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, tenue le lundi 23 octobre à Scott. Le président de la Fédération, M. Paul Doyon, a réitéré le souhait que les gouvernements fassent de l’agriculture une priorité pour le développement de l’économie et des communautés rurales.

Pour favoriser ce développement, les délégués présents ont plaidé en faveur d’une bonification significative des programmes de gestion des risques, de la levée du moratoire sur les superficies en culture qui n’existe qu’au Québec et de la réduction du fardeau fiscal des producteurs. Rappelons que la hausse substan­tielle de la valeur des terres (800 % en 20 ans) exige des changements au Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA).

« En début d’année, le gouvernement du Québec a pris une bonne décision en abandonnant sa réforme du PCTFA. Il faut maintenant se remettre au travail et trouver des solutions à long terme », a exprimé M. Doyon.

L’aménagement et la protection du territoire agricole ont aussi occupé une bonne partie des discussions, dont l’entretien des cours d’eau. En effet, depuis quelques années, les municipalités et les MRC ont hérité de cette responsabilité difficile à concrétiser étant donné les nombreuses contraintes environnementales. Rappelons que l’entretien des cours d’eau est indispensable au bon drainage des terres agricoles et au maintien de bonnes conditions agronomiques et environnementales.

Pour contrer l’accaparement des terres agricoles, l’UPA a aussi des propositions intéressantes à formuler au gouvernement et aux municipalités, dont l’idée de tenir un registre de toutes les transactions de terres agricoles en sol québécois.

D’autres résolutions adoptées par l’assemblée générale visaient :

  • La réalisation d’une étude d’impact des réglementations québécoises sur la compétitivité des entreprises agricoles avec celles des autres provinces;
  • La mise en place d’un programme de compensation pour les pertes réelles qui touchent les producteurs laitiers, ovins et caprins à la suite de la signature de l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Union européenne;
  • La possibilité d’achat en ligne des boucles d’identification du programme Agri-Traçabilité Québec (ATQ).

     
Accueil / Plan du site / Nous joindre
   

UPA Chaudière-Appalaches

 

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)

Téléphone : 418.228.5588
Sans frais : 1.888.938.3872

 

Contactez-nous

© Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches / Tous droits réservés / Propulsé par CreaWEB
iClic.com