Suivez-nous
sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook

Réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles: Hausse prévue de 43 % en Chaudière-Appalaches


Le mardi 20 décembre, notre Fédération régionale tenait une conférence de presse à Sainte-Marie pour dénoncer la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA). Une dizaine de producteurs étaient présents et quatre d’entre eux ont dévoilé le montant de cette hausse sur le compte de taxes de leur entreprise. Le matin même, la Confédération tenait une conférence de presse sur le même sujet et diverses fédérations régionales dont la nôtre ont emboité le pas.

Une hausse prévue depuis avril
Rappelons qu’une firme externe vient de confirmer les appréhensions des producteurs agricoles : la grande majorité d’entre eux subira d’importantes hausses de taxes en 2017. Déjà en avril, peu après le discours sur le budget 2016-2017, l’Union des producteurs agricoles estimait que la réforme du PCTFA entraînerait une hausse des taxes de 30 % à 40 % pour 83 % des producteurs. De son côté, le ministre de l’Agriculture, M. Pierre Paradis, a prétendu devant le Congrès général de l’UPA, le 1er décembre dernier, que seulement 1 % des producteurs subiraient une augmentation, de l’ordre de 113 $ en moyenne.

L’Union des producteurs agricoles a donc confié à une firme externe, Raymond Chabot Grant Thornton, le soin de mettre fin à la guerre de chiffres. Conclusion : la crainte des producteurs agricoles est confirmée. Sur 62 dossiers complets de taxes scolaires et municipales amassés parmi les producteurs de la Chaudière-Appalaches, on remarque une augmentation moyenne de 752 $ pour une hausse moyenne de 43 %. « Presque tous voient leurs taxes augmenter de plusieurs centaines de dollars et pour certains, cette hausse se situe dans les quatre chiffres ! », déplorait M. Paul Doyon, président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches.

De nombreux appuis
Plusieurs organisations partagent les inquiétudes des producteurs agricoles, dont la Fédération québécoise des municipalités et la Coop fédérée. Dans la région, la Chambre de commerce régionale de la Chaudière-Appalaches et plus d’une trentaine de municipalités avaient, en date du 20 décembre, signalé leur appui aux revendications des producteurs agricoles. Lors de la conférence de presse dans notre région, M. Michel Bonneau, maire de Saint-Anselme, a questionné la pertinence de cette réforme. M. Bonneau se demande ainsi quel est l’intérêt à s’entêter à y aller d’une réforme qui n’aurait, selon le ministre Paradis, aucun impact?

M. Doyon concluait : « Le ministre de l’Agriculture, M. Pierre Paradis, dément toujours nos estimations, confirmées par une firme reconnue et par diverses autres organisations. La semaine dernière, la population québécoise a une nouvelle fois pu constater le profond mépris du ministre Paradis envers les producteurs agricoles qui subiront des hausses, en les qualifiant de multimillionnaires qui pourront passer Noël quand même. Nous sommes vraiment déçus de l’entêtement de Pierre Paradis dans ce dossier. Nous avons vraiment hâte de pouvoir compter sur quelqu’un au sein du gouvernement qui porte le développement de l’agriculture à cœur ! »

Sur la photo, à l’avant : MM. Roch Poulin et Paul Doyon, respectivement directeur régional et président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, et M. Michel Bonneau, maire de Saint-Anselme. À l’arrière, les producteurs de la région qui ont témoigné de leur hausse prévue en 2017 : M. Jean Lambert, Mme Cavila Dubé, M. Bruno Cyr et Mme Esthelle Charest.


     
Accueil / Plan du site / Nous joindre
   

UPA Chaudière-Appalaches

 

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)

Téléphone : 418.228.5588
Sans frais : 1.888.938.3872

 

Contactez-nous

© Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches / Tous droits réservés / Propulsé par CreaWEB
iClic.com