Suivez-nous
sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook

Les producteurs agricoles de la région n’oublieront pas les promesses électorales


COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Saint-Georges, le mercredi 9 avril 2014) – Au lendemain de l’élection provinciale, la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches se dit prête à travailler avec l’ensemble des élus dans l’intérêt de l’agriculture régionale. Tout au long du mandat du nouveau gouvernement, la Fédération compte se donner la tâche de lui rappeler ses promesses faites en matière d’agriculture.

« Pendant sa campagne, le nouveau gouvernement libéral s’est engagé à maintenir les budgets actuels de la Financière agricole du Québec (FADQ). Il s’agit d’une promesse importante qui devra être tenue. Lorsque les libéraux avaient coupé dans la FADQ en établissant la mesure du 25 % il y a quelques années, cela avait entraîné la fermeture de nombreuses entreprises porcines de notre région », a rappelé M. Paul Doyon, président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches.

« Tous les partis dont le PLQ se sont engagés à défendre la gestion de l’offre. Je souhaite fermement que le nouveau gouvernement maintiendra la pression sur Ottawa. Lors de la signature de l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Europe, le gouvernement fédéral a autorisé une brèche dans la gestion de l’offre. Présentement, Ottawa négocie pour le Partenariat Transpacifique (PTP) et il faudra rester aux aguets. Des centaines d’emplois sont en jeu pour notre seule région et des milliers d’autres pour tout le Québec et le Canada! », d’expliquer M. Doyon.

 « Il n’agit pas seulement de nous promettre qu’on ne nuira pas au développement de notre agriculture, mais de nous promettre aussi qu’on y participera! », précisait M. Doyon, qui dit également se rappeler de la promesse du PLQ de donner suite aux orientations de la Politique de souveraineté alimentaire, qui avait été adoptée par le PQ. « Il y a plusieurs opportunités qui s’offrent dans cette politique, dont bénéficieront non seulement les producteurs agricoles, mais également les entreprises de transformation de la région! », a rappelé le président.

Le président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches a également quelques attentes envers les autres partis qui avaient fait des promesses : « Même si le PQ a perdu le pouvoir, souhaitons qu’il pousse le gouvernement à mettre en œuvre cette Politique de souveraineté alimentaire. S’ils y tiennent vraiment, ils ne la laisseront pas se faire tabletter! »

De son côté, tout comme le PLQ, la CAQ a fait élire plusieurs députés en Chaudière-Appalaches : « Espérons que la CAQ fasse pression pour exiger des normes équivalentes aux nôtres pour les produits agricoles importés. Cela faisait partie de leur plateforme électorale. Sans réciprocité des normes aux frontières, nous vivons une concurrence déloyale dans plusieurs secteurs de production, comme le porc », de mentionner M. Paul Doyon.

En terminant, M. Doyon souhaite que les partis travaillent ensemble et mettent la partisannerie de côté lorsqu’il sera temps de prendre des décisions pour le mieux du secteur agroalimentaire, lequel représente un emploi sur cinq en Chaudière-Appalaches.


     
Accueil / Plan du site / Nous joindre
   

UPA Chaudière-Appalaches

 

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)

Téléphone : 418.228.5588
Sans frais : 1.888.938.3872

 

Contactez-nous

© Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches / Tous droits réservés / Propulsé par CreaWEB
iClic.com