Suivez-nous
sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook

L’agriculture, créatrice de prospérité pour Bellechasse!


La Fédération de l’UPA Lévis-Bellechasse, en collaboration avec le CLD de Bellechasse et le Plan de développement agroalimentaire régional, ont tenu à rappeler l’importance des investissements réalisés par les producteurs agricoles et leurs impacts positifs sur le territoire de la MRC de Bellechasse. En plus d’être le secteur primaire où l’impact des investissements est le plus important pour les communautés, le secteur agricole a contribué, par ses investissements, au dynamisme de l’économie locale. Les intervenants concluent en évoquant la nécessité pour les municipalités de redoubler leurs efforts pour la protection du territoire agricole et pour le soutien à l’activité agricole.

Un secteur vital pour notre économie québécoise

Plusieurs statistiques tendent à prouver l’importance du secteur agricole pour le développement de nos communautés. La contribution du secteur se manifeste à la fois par les immobilisations, l’emploi et les recettes provenant du marché. Ces données sont corroborées par le modèle intersectoriel du Québec pour le secteur agricole. Selon Mme Luce Bisson, présidente de la Fédération de l’UPA Lévis-Bellechasse, « L’impact du secteur agricole sur le développement de l’économie de Bellechasse est très clair. Pour chaque tranche de 100 dollars produits en agriculture, il y a un peu plus de 78 $ en effets directs et indirects sur l’économie locale ».

Des investissements qui profitent aux municipalités…

Un récent relevé de la valeur des permis de construction dans la MRC de Bellechasse tend à illustrer leur impact positif sur la fiscalité municipale. Selon M. Alain Vallières, directeur du CLD de Bellechasse, « Du 1er juillet 2011 au 30 juin 2012, les propriétaires des fermes de la MRC ont fait des demandes de permis de construction pour un montant de 5,2 millions de dollars. Ce sont des investissements majeurs répartis dans les municipalités de Bellechasse. Les municipalités ayant connu les plus grands investissements sont : Saint-Henri, Saint-Anselme, Saint-Charles, Buckland et Saint-Vallier ».

Pour Mme Bisson, « Les montant de ces investissements sont différents d’une municipalité à l’autre. Toutefois, la réalité est la même partout ! Pour un producteur agricole, il importe de faire travailler les gens de la place : construction, fournisseurs d’équipements, institutions financières, meuneries, quincailleries. Ce sont toutes des entreprises qui emploient des gens, achètent de l’équipement et qui, à leur tour, font rouler l’économie ».

…et des exemples qui parlent d’eux-mêmes

Lors de cette activité, deux producteurs ayant fait des investissements dans leur entreprise ont témoigné. Le premier est M. Jonathan Côté de la ferme laitière Majoco à St-Lazare. Le deuxième témoignage était de M. Patrick Allen de la ferme laitière Jallen à Saint-Anselme. Pour M. Côté, encourager les commerçants locaux s’imposait : « Nous démarrons en production laitière. Nous avions besoin de beaucoup de matériaux et d’équipements pour mettre la ferme en état. Nous avons investi 150 000 $ dans nos installations et nous avons fait de nombreux voyages à la quincaillerie de la municipalité. Près de 40 personnes ont été embauchées par les différents entrepreneurs pour la conduite des travaux ».

Dans le cas de M. Allen, le but des travaux était d’augmenter les capacités de la ferme : « Nous avons investi 1 000 000 $ depuis quatre ans. Mes parents sont assez jeunes et peuvent encore donner plusieurs bonnes années à l’entreprise. En achetant de l’équipement comme un robot de traite et en construisant de nouveaux bâtiments, c’est sûr que nous avons fait travailler des gens d’ici. La quasi-totalité des fournisseurs sont dans un rayon de 30 kilomètres de notre ferme. On peut estimer à 50 le nombre de personnes qui sont venus travailler à la ferme durant les travaux ».

En définitive, il demeure primordial d’appuyer l’activité agricole dans nos communautés. Mme Bisson conclut en disant que : « nous aimerions connaître les bons coups des municipalités pour favoriser les investissements et l’établissement d’entreprises agricoles dans leur municipalité. Nous croyons qu’il est fondamental d’encourager la multiplication de ces bons coups, car l’agriculture contribue durablement au développement de nos communautés et que, les municipalités doivent soutenir le travail de ces centaines d’entrepreneurs ».

Source :
Anne-Marie O’Bomsawin, conseillère syndicale, Fédération de l’UPA Lévis-Bellechasse
Sébastien Béchard, agent de liaison, Axe Citoyens-Consommateurs (PDAR)

     
Accueil / Plan du site / Nous joindre
   

UPA Chaudière-Appalaches

 

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)

Téléphone : 418.228.5588
Sans frais : 1.888.938.3872

 

Contactez-nous

© Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches / Tous droits réservés / Propulsé par CreaWEB
iClic.com